caravanes

vaincre la résignation,
construire l'union populaire

Construire l’Union Populaire en suscitant l’adhésion aux mesures de notre programme, l’Avenir en Commun.

Faire de l’information sur les droits sociaux et lutter contre le non-recours aux droits

Aider à l’inscription des 11 millions de Français·es non inscrit·es ou mal inscrit·es sur les listes électorales

Samedi 26 mars, six caravanes de l’Union populaire repartiront avant le premier tour dans les quartiers populaires de 77 départements métropolitains afin de convaincre les abstentionnistes et les résigné·es qu’un autre monde est possible grâce aux mesures de notre programme, l’Avenir en Commun.

Depuis plusieurs années, les soutiens de Jean-Luc Mélenchon organisent des caravanes. Cet été, à l’automne, en fin d’année et en février, plusieurs campagnes de caravanes de l’Union populaire ont nationalement été organisées, permettant d’inscrire des milliers de personnes non-inscrit·es et de mal-inscrit·es sur les listes électorales , et de lutter contre le non-recours aux droits sociaux. C’est grâce à ces intenses campagnes de conviction que nous redonnons espoir à celles et ceux qui ne se retrouvent pas dans la vie démocratique du pays !

Nous sommes aux portes du second tour et nous avons la possibilité de tout changer. Sous la 5e République, c’est l’élection présidentielle qui détermine l’avenir du pays. Les 10 et 24 avril prochains, les classes populaires et moyennes ont le pouvoir de marquer le coup d’arrêt aux politiques libérales des Sarkozy, Hollande et Macron qui les touchent de plein fouet, si elles se mobilisent. Notre premier ennemi est donc la résignation. Nous en sommes certain·es : l’abstention vote Macron.

L’abstention majoritaire et la résignation ne sont pas des fatalités. Grâce aux mesures de notre programme l’Avenir en Commun, nous arrivons, là où nous allons, à recréer l’espoir. Grâce au bulletin de vote « Jean-Luc Mélenchon », nous pouvons changer concrètement l’avenir du pays dès le 24 avril. C’est pourquoi, dans la dernière ligne droite avant le premier tour, nous relançons six caravanes de l’Union Populaire.

1er trajet :

  • 26/03/2022 Amiens
  • 27/03/2022 Boulogne-sur-Mer
  • 28/03/2022 Grande-Synthe
  • 29/03/2022 Lille
  • 30/03/2022 Tourcoing
  • 31/03/2022 Denain
  • 01/04/2022 Charleville Mézières
  • 02/04/2022 Chalons-en-Champagne
  • 03/04/2022 Chaumont
  • 04/04/2022 Epinal
  • 05/04/2022 Metz
  • 06/04/2022 Nancy
  • 07/04/2022 Strasbourg

2e trajet :

  • 26/03/2022 Nantes
  • 27/03/2022 Angers
  • 28/03/2022 Laval
  • 29/03/2022 Le Mans
  • 30/03/2022 Evreux
  • 31/03/2022 Rouen
  • 01/04/2022 Le Havre
  • 02/04/2022 Caen
  • 03/04/2022 Avranches
  • 04/04/2022 Rennes
  • 05/04/2022 Vannes
  • 06/04/2022 Saint-Brieuc
  • 07/04/2022 Morlaix

3e trajet :

  • 26/03/2022 Dreux
  • 27/03/2022 Orléans
  • 28/03/2022 Blois
  • 29/03/2022 Tours
  • 30/03/2022 Poitiers
  • 31/03/2022 Châteauroux
  • 01/04/2022 Vierzon
  • 02/04/2022 Nevers
  • 03/04/2022 Auxerre
  • 04/04/2022 Dijon
  • 05/04/2022 Besançon
  • 06/04/2022 Vesoul
  • 07/04/2022 Belfort

4e trajet :

  • 26/03/2022 Guéret
  • 27/03/2022 Clermont-Ferrand
  • 28/03/2022 Le Puy-en-Velay
  • 29/03/2022 Privas
  • 30/03/2022 Valence
  • 31/03/2022 Grenoble
  • 01/04/2022 Chambery
  • 02/04/2022 Briançon
  • 03/04/2022 Vaulx-en-Velin
  • 04/04/2022 Saint-Etienne
  • 05/04/2022 Montluçon
  • 06/04/2022 Montceau-les-Mines
  • 07/04/2022 Lons-le-Saunier

5e trajet :

  • 26/03/2022 Bordeaux
  • 27/03/2022 Saintes
  • 28/03/2022 Niort
  • 29/03/2022 Limoges
  • 30/03/2022 Angoulême
  • 31/03/2022 Périgueux
  • 01/04/2022 Cahors
  • 02/04/2022 Marmande
  • 03/04/2022 Mont-de-Marsan
  • 04/04/2022 Pau
  • 06/04/2022 Auch
  • 07/04/2022 Tarbes

6e trajet :

  • 26/03/2022 Toulouse
  • 27/03/2022 Foix
  • 28/03/2022 Narbonne
  • 29/03/2022 Albi
  • 30/03/2022 Millau
  • 31/03/2022 Montpellier
  • 01/04/2022 Alès
  • 02/04/2022 Nîmes
  • 03/04/2022 Avignon
  • 04/04/2022 Forcalquier
  • 05/04/2022 Nice
  • 06/04/2022 Toulon
  • 07/04/2022 Marseille
déjà 0 étapes !
Hauts-de France
Grand-Est
Bourgone-Franche-Comté
Rhône
Alpes
Bretagne
Normandie
Pays de la Loire
Centre
Auvergne
Nouvelle-Aquitaine
Occitanie
PACA

Le Pôle des groupes d’action a construit chacune de ces étapes avec les groupes d’actions locaux de la campagne présidentielle. C’est grâce à la mobilisation de chacun·e partout dans le pays que cette campagne de conviction peut avoir lieu.

Merci à toutes les personnes qui ont consacré du temps pour que chaque étape des caravanes de l’Union Populaire soit une réussite !

Caravane du Nord

Des caravanes durant tout l’été 2021
Cet été, les caravanes de l’Union Populaire se sont rendues dans les quartiers populaires, lors de 70 étapes partout en France, là où les pouvoirs publics ont abandonné nos concitoyen·nes et où ces dernier·es se sentent le plus éloigné·es de la politique.
Cela a permis aux militant·es d’aller à la rencontre des habitant·es en porte-à-porte et de présenter les grandes mesures de L’Avenir en commun, programme porté par Jean‑Luc Mélenchon pour l’élection présidentielle.
les caravanes ont continué à la toussaint
À la Toussaint, une caravane de l’Union Populaire a effectué 12 étapes dans des quartiers populaires de 11 départements dans lesquels la caravane ne s’était pas rendue cet été.
Ils et elles ont recruté des dizaines de correspondant·es d’immeuble et de rue dont la mission est, avec l’aide de notre matériel, de :
  • Faire connaître la candidature de Jean-Luc Mélenchon et le programme L’Avenir en commun
  • Convaincre de l’importance d’aller voter
Les caravanes en Île-de-France durant les vacances de fin d’année

Durant les vacances de décembre, une caravane de l’Union Populaire a effectué 6 étapes dans des quartiers populaires de 4 départements franciliens !

Encore une fois, notre action a permis d’inscrire des centaines de personnes sur les listes électorales ! Nous avons jusqu’au vendredi 4 mars pour aider nos concitoyen·nes à s’inscrire sur les listes électorales !

0 portes toquées

Durant l’été, la campagne a mobilisé plus de 1 400 militant·es, elle a permis l’inscription de plus de 1 400 personnes sur les listes électorales et des milliers de citoyen·nes ont été informé·es sur leurs droits.

À la Toussaint, près de 300 militant·es ont toqué à près de 5 500 portes. Durant les vacances de fin d’année, plus de 150 militant·es se sont mobilisé·es et ont toqué à plus de 2 600 portes. Grâce à ces campagnes, des centaines de personnes ont été inscrites sur les listes électorales et ont été convaincu ! »

pourquoi les caravanes ?

Notre pays connaît une crise démocratique profonde. Après le mouvement des gilets jaunes, après l’abstention lors des dernières élections municipales, c’est un nouveau record qui a été atteint lors des dernières élections régionales et départementales. Nous ne pouvons nous satisfaire d’une démocratie dans laquelle les deux tiers de la population est expulsé de la décision politique.

Cette situation confirme notre diagnostic : nous avons besoin de mener dans ce pays une intense campagne de conviction pour redonner espoir à celles et ceux qui ne se retrouvent pas dans la vie démocratique du pays. C’est pourquoi nous avions choisi d’initier la campagne de Jean-Luc Mélenchon dès le mois de novembre de l’année 2020 afin de proposer au peuple français un programme mobilisateur.

L’abstention majoritaire et la résignation ne sont pas des fatalités. En 2022, le peuple et les classes populaires doivent se mobiliser et décider, grâce à leur bulletin de vote, de l’avenir du pays. C’est pourquoi la France insoumise a lancé les caravanes de l’Union Populaire.

Le non-recours aux droits civiques et sociaux est une conséquence du manque d’informations et des démarches trop complexes ou trop longues pour y accéder ; ainsi que de la stigmatisation subie par les allocataires des aides sociales, accentuée par les discours anti-sociaux de certains partis politiques.

Un droit est un droit, ce n’est pas un privilège, nous militons pour que chacun·e n’en soit pas privé·e.

Le non-recours aux droits civiques et sociaux est une conséquence du manque d’informations et des démarches trop complexes ou trop longues pour y accéder ; ainsi que de la stigmatisation subie par les allocataires des aides sociales, accentuée par les discours anti-sociaux de certains partis politiques.

Un droit est un droit, ce n’est pas un privilège, nous militons pour que chacun·e n’en soit pas privé·e.

11 à 13 millions

de français·es non ou mal inscrit·es sur les listes électorales

35%

Des personnes potentiellement éligibles au RSA ne le perçoivent pas
Selon CNAF en 2012

32 — 44%

de non-recours aux aides sociales en matière de santé

53 — 67%

de non-recours à l’aide au paiement de la complémentaire santé

7.5 — 8.2%

des allocataires ne recourent pas à leurs droits concernant les aides à la famille