Macron, le président des corona profiteurs

“Dans une gare, il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien”, ainsi parlait Emmanuel Macron au début de son mandat. Jamais un Président n’aura autant assumé les inégalités et injustices sociales. Avec la pandémie, son choix est clair : il protège les profiteurs de la crise et abandonne à leur sort les Français.

A contre-courant du Président américain, Joe Biden, qui dans un discours aux accents roosveltiens a annoncé la taxation des 0,3% les plus riches et un soutien conséquent aux familles des classes les plus impactées par le chômage et la précarité.

Soyons lucides : ce n’est pas Macron qui rétablira la justice sociale et fiscale en France. Pour lui, il n’y a pas de problème à voir notre pays avec 10 millions de pauvres, 74% des étudiants en difficulté financière, et plus de 60 000 entreprises au bord de la faillite.

Pour lui, il n’y a pas de problème à voir certains profiteurs se gaver. Sur la même année 2020, les milliardaires français ont ainsi vu leur richesse augmenter de 40%. Parmi eux, Bernard Arnault (+ 62 milliards), Françoise Bettencourt (+ 21 milliards) ou encore François Pinault (+13 milliards).

Et s’il ne voit pas le problème, c’est qu’il est en partie le problème !

Les macronistes sont responsables

Depuis le début de son mandat, Macron s’est inscrit dans la même ligne politique que ses prédécesseurs : l’austérité budgétaire, toujours plus dure avec les faibles et les précaires, mais laxiste et bienveillante avec les ultra-riches. Baisse des APL, destruction du code du travail, réforme avortée du régime de retraite… Le quinquennat Macron se plaçait déjà avant la crise sanitaire comme le plus antisocial de la Vème République.

Une sacrée performance, lorsqu’on se souvient du travail de sape entrepris par Nicolas Sarkozy et François Hollande contre le modèle social français.